Uzanto:Alaudo/persona/francaprelego2

El Vikipedio, la libera enciklopedio
Salti al navigilo Salti al serĉilo

Aujourd'hui, je vais vous parler de ma langue maternelle, qui ne ressemble pas à l'idée qu'on se fait d'une langue maternelle, à savoir : l'espéranto.

On peut s'étonner : « Comment ? L'espéranto comme langue maternelle ? C’est pas possible. L'espéranto est une langue artificielle et on ne peut pas le parler comme une langue maternelle ! »

Oui et non. C'est un peu vrai, mais en réalité c'est inexact. L'espéranto est, en effet, une langue qui a été créée artificiellement. Mais ce n'est pas un inconvénient pour la langue, bien au contraire. La langue a été conçue selon un plan. On appelle ces langues les langues construites. Ces langues sont régulières, plus faciles à apprendre et à comprendre que les autres langues "normales". À cet égard, ces langues, on peut en aucun cas les qualifier de primitives. Elles sont simples, mais pas primitives ! Afin de prouver cette affirmation, je vais vous poser une question. D'après vous, combien de mots y a-t-il dans nos langues maternelles ? Combien de mots utilisons-nous tous les jours ? Combien de mots peut-on trouver dans un dictionnaire ordinaire ?

C’est un dictionnaire d’espéranto, la dernière édition. Il a plus de 30 000 entrées et plus de 80 000 notions, qui sont expliquées. Ce ne sont pas seulement les mots de la vie quotidienne, mais aussi certains mots de la science, de la culture, de la technique etc. Mais le dictionnaire contient bien sûr seulement les mots, qui sont utilisés le plus souvent, il n’y a pas beaucoup de mots spécialisés, particulièrement ceux qui impliquent une profonde expertise.

Mais on ne peut pas dire que tout est déterminé par le nombre de mots, n'est-ce pas ? Bien sûr que non ! On attend d'une langue de pouvoir lire quelque chose dans cette langue. Mes goûts correspondent très rarement avec ceux des autres, j'ai apporté seulement 2 livres. Le premier livre s'appelle «Hobbit» et doit être connu de tous. Le deuxième livre est une anthologie, avec de nombreux extraits de livres... Ces œuvres ont été traduites en espéranto par des locuteurs maternels.

On dit souvent : "L'espéranto est une langue morte !" Que pense-t-on ? Quand on parle de langue morte, on estime généralement qu'il n'y a personne qui parle cette langue. On pense donc qu'il n'y a plus personne qui parle espéranto. Voilà, je suis un bon contre-exemple à cet égard, car je parle espéranto aussi bien que je parle ma langue maternelle. Mais je ne peux pas réanimer la langue à moi tout seul. Combien de personnes peuvent donc parler l’espéranto ? Cette question n'est pas si facile. On n'est pas enregistré, notamment, en tant que locuteur de l'espéranto.

Prenons ce dictionnaire comme exemple ! Le dictionnaire coûte environ 100 euros. 100 euros c'est vraiment cher, j'ai eu besoin de 2 mois pour me convaincre d'acheter le dictionnaire. Mais ce n'était plus possible : la première édition de 750 exemplaires a été épuisée dans un délai de 3 mois. Je devais donc attendre jusqu'à ce qu'une nouvelle édition soit disponible, puis j'ai pu enfin acheter le dictionnaire.

Donc, il y a certainement 750 autres personnes dans le monde, qui non seulement parlent l'espéranto mais aussi ont réagi plus rapidement que moi. Comme deuxième exemple, prenons le livre Hobbit. Ce livre est un cadeau de mon épouse. Elle voulait me faire un cadeau, mais acheter un autre livre : « Cent ans de solitude ». Le livre n'était plus disponible. Épuisé. Pour la même raison, je n’ai pas pu acheter le célèbre livre de Tolkien « Le Seigneur des anneaux ».

Selon diverses informations, le nombre d'espérantophones (=locuteurs de l'espéranto, personnes parlant l'espéranto) varie entre 100 000 et 20 millions. Vous trouverez plus d'informations dans mon exposé. C'est la fin de mon exposé. Je me réjouis d'avance de vos questions.